UNESCO recrute 01 Consultant partenariats avec le secteur privé

Partagez et envoyez cette annonce à vos amis !
UNESCO recrute 01 Consultant partenariats avec le secteur privé

UNESCO

Paris, France
Humanitaire (ONG, Associations, …), Projet/programme de développement

CONSULTANT(E) PARTENARIATS AVEC LE SECTEUR PRIVÉ
Secteur de tutelle : Bureau de la planification stratégique (BSP)
Lieu d’affectation: Paris
Catégorie d’emplois: Relations extérieures
Type de contrat : Personnel non permanent
Durée du contrat : De 1 à 6 mois
Recrutement ouvert à : Candidats externes
Clôture des candidatures (minuit heure de Paris) : 03-SEP-2021
Valeurs fondamentales de l’UNESCO : Engagement envers l’Organisation, intégrité, respect de la diversité, professionnalisme
RESUME DES FONCTIONS DU POSTE
I. CONTEXTE En 2018-2019, les fonds mobilisés auprès de sources de financement privées ont représenté 11 % des fonds mobilisées par l’UNESCO. La majeure partie des financements du secteur privé provient d’entités basées dans 10 pays dans l’ordre suivant : États-Unis, Brésil, Chine, Suisse, Arabie saoudite, Koweït, France, Italie, République de Corée. En 2018, plus de 70% des fonds provenaient des 10 premiers partenariats. Inversement, plus de 70% des accords signés portaient sur des valeurs inférieures à $100,000, ce qui suggère que des gains pourraient être réalisés en réorientant les efforts vers des travaux de plus grande valeur.

En ce qui concerne la composition du financement privé de l’UNESCO, environ 50 % provient de fondations, 16 % de dons individuels, 15 % d’entreprises et les 19 % restants d’un large éventail d’autres sources de financement privé.
Comme indiqué dans la stratégie sur la mobilisation des ressources pour 2020-2021, l’UNESCO cherche à intensifier son engagement auprès des partenaires privés en se concentrant sur certains pays et en adoptant une approche ciblée de certains flux de financement.
Les États membres de l’UNESCO peuvent faire beaucoup pour soutenir les efforts de mobilisation des ressources du Secrétariat de l’UNESCO, notamment en partageant leurs connaissances sur les partenariats public-privé et en aidant l’UNESCO à identifier et à s’engager auprès de nouveaux partenaires publics et privés sur leur territoire, y compris les entités gouvernementales infranationales. En plus de leur rôle formel dans l’assistance au Secrétariat de l’UNESCO en matière de diligence raisonnable des partenaires privés potentiels, les Commissions nationales pour l’UNESCO peuvent également jouer un rôle précieux dans la prospective de partenaires potentiels du secteur privé qui sont alignés sur les valeurs de l’UNESCO.
L’approche de l’UNESCO en matière de sensibilisation et d’engagement du secteur privé s’inscrit dans le cadre de l’approche commune des Nations Unies en matière de recherche prospective et de diligence raisonnable pour les partenariats avec le secteur privé. Le Pacte Mondial des Nations Unies offre à toutes les agences, fonds et programmes des Nations Unies un mécanisme commun convenu pour l’engagement avec le secteur privé en fournissant un cadre aux entreprises pour développer des pratiques commerciales plus durables et responsables en accord avec les valeurs des Nations Unies.
Les différentes formes d’engagement avec les partenaires du secteur privé comprennent les « partenariats à valeur partagée », la mobilisation des ressources et le financement, l’influence et le plaidoyer, l’échange de connaissances et l’apprentissage partagé, la mise en œuvre de programmes, le développement des capacités et la collaboration technique et l’innovation. Elles peuvent impliquer des contributions financières ou en nature, ou une combinaison des deux.
Les flux de financement potentiels du secteur privé En 2019, l’UNESCO a fait appel à une étude externe pour élaborer des scénarios de renforcement de la collecte de fonds auprès du secteur privé sur une période de 10 à 15 ans.  En tenant compte de l’évolution des techniques de collecte de fonds des Nations Unies et de l’analyse du marché, l’étude suggère de mettre davantage l’accent sur les sources de financement suivantes : collecte de fonds individuelle/engagement régulier de la part de particuliers sur certains marchés, ce qui permettrait d’obtenir des fonds non fléchés qui pourraient être réinvestis dans le renforcement de la mobilisation des ressources, la sensibilisation des particuliers fortunés (HNWI), le renforcement des efforts vis-à-vis des fondations et les partenariats avec les entreprises, en mettant notamment l’accent sur les partenariats de « valeur partagée ».

L’exploitation des subventions importantes des fondations représente également un domaine à fort potentiel. Par exemple en 2018, les engagements de la philanthropie privée pour l’ODD4 se sont élevés à 528 millions de dollars, avec 1,8 milliard pour l’ODD5, et 389 millions pour l’ODD15. Selon l’analyse entreprise par l’OCDE, de 2013 à 2015, près des trois quarts des dons provenaient de fondations basées aux États-Unis Les autres principaux pays d’origine étaient le Royaume-Uni (7 %), les Pays-Bas (5 %), la Suisse (2 %), le Canada (2 %) et les Émirats arabes unis (2 %).
En ce qui concerne les entreprises, la principale opportunité émergente signalée dans l’étude commandée par l’UNESCO, ainsi que dans la récente note d’orientation de l’ONU, sont les partenariats à valeur partagée que la note d’orientation de l’ONU définit comme suit : « La valeur partagée fait référence à la réalisation d’un succès sociétal durable en créant de la valeur pour toutes les parties prenantes impliquées, donc aussi pour les entités commerciales. Ces types d’alliances diffèrent des partenariats habituels, car ils s’inscrivent explicitement dans le cadre d’éléments commerciaux fondamentaux (par exemple, les produits, les services, la R&D ou les stratégies) en considérant la valeur commerciale comme un aspect essentiel de l’amélioration des conditions sociales et économiques dans les communautés dans lesquelles une entité commerciale opère, et au-delà. Du point de vue de l’entreprise, cette valeur peut se traduire par une amélioration opérationnelle, des avantages en termes de réputation, la satisfaction et la fidélisation des employés, des réalisations en matière de durabilité, un impact social et d’autres éléments qui peuvent finalement conduire à des avantages financiers. Du point de vue des Nations Unies, la valeur peut se traduire par des solutions meilleures, plus durables et à l’échelle (ou évolutives) pour atteindre les ODD ».
L’UNESCO souhaite explorer l’opportunité d’établir des partenariats stratégiques avec un nombre limité de personnes très fortunés (High Net Worth Individual, HNWI), connus sous le nom de « dons majeurs », une source de revenus privés parmi les organisations de comparaison. Des domaines tels que l’éducation, la culture, les musées, l’environnement, l’enfance et la jeunesse suscitent généralement un intérêt et un soutien élevés de la part des personnes très fortunées. L’UNESCO se concentrera sur les 20 pays ayant la plus forte population de HNWI entre 2017 et 2018.  Par ordre décroissant, il s’agit des États-Unis, du Japon, de l’Allemagne, de la Chine, de la France, du Royaume-Uni, de la Suisse, du Canada, de l’Italie, de l’Australie, des Pays-Bas, de l’Inde, de la République de Corée, de l’Espagne, de la Fédération de Russie, de l’Arabie saoudite, du Koweït, du Brésil et de la Norvège. Dans le cadre de ses efforts pour accroître la mobilisation des ressources pour l’Afrique, qui est la région prioritaire pour l’UNESCO, l’Organisation étudiera l’opportunité d’un partenariat avec des philanthropes africains.
Les collectes de fonds individuelles/les promesses de dons mensuels sont considérées comme la principale source de revenus privés dans les organisations de référence, notamment l’UNICEF et le UNHCR. Dans le même temps, elle a souligné que le succès dans ce domaine nécessite un investissement important en termes financiers, une expertise spécialisée dans la collecte de fonds auprès du grand public, et une stratégie de communication déterminée sur les marchés sélectionnés. L’UNESCO étudiera si les marchés de certains pays se prêtent à la collecte de fonds auprès de particuliers, notamment par le biais du crowdfunding et de la collecte de fonds numérique.
Pour exploiter plus largement les flux de financement du secteur privé, il faudra procéder à une analyse détaillée de la manière dont les actifs existants en termes de personnel et de bureaux pourraient être déployés le plus efficacement possible pour contribuer à cet effort, lancer des projets pilotes dans chacun des nouveaux flux de financement (HNWI, collecte de fonds individuels, y compris le crowdfunding, valeur partagée) pour évaluer les opportunités et les risques et informer une nouvelle approche organisationnelle de la collecte de fonds auprès du secteur privé, et renforcer la collaboration entre les États membres et le Secrétariat de l’UNESCO pour tirer parti des opportunités sur des marchés spécifiques.
II. MISSIONS Sous la supervision de la Division des partenariats du Bureau de la planification stratégique (BSP), le spécialiste individuel sera responsable de la cartographie et de l’analyse stratégique des opportunités (ci-après dénommées l’étude) pour l’UNESCO de s’engager avec des partenaires privés en France. L’étude portera sur les fondations, les entreprises et les particuliers fortunés. Elle examinera également les possibilités de collecte de fonds auprès des particuliers (engagement régulier de petits montants), y compris le crowdfunding en France, entre autres dans le cadre de campagnes de sensibilisation spécifiques telles que RESILIART ou les programmes phares de la Coalition mondiale pour l’éducation. Plus précisément, l’étude devrait :

Cartographie Identifier les entreprises, les fondations et les personnes fortunées enregistrées/résidant en France qui sont alignées sur les valeurs de l’ONU/UNESCO et les secteurs d’activité les plus pertinents pour le programme de l’UNESCO y compris leurs intérêts ou priorités spécifiques en rapport avec les domaines ou thèmes du programme de l’UNESCO.
Faire une analyse de la concurrence directe/indirecte en France.Identifier l’orientation thématique et géographique de leurs activités philanthropiques ou de RSE et les données sur le volume de la philanthropie, le cas échéant par thème et par orientation géographique.Des exemples de partenariats stratégiques ou de partenariats à valeur partagée avec les Nations Unies, des organisations internationales ou des organisations à but non lucratif.  Évaluation de l’opportunité d’exploiter la collecte de fonds auprès des particuliers
Évaluer le marché potentiel sur le long terme d’un programme de collecte de fonds auprès des particuliers en France (dons individuels), en vous référant à d’autres organisations des Nations Unies ou organisations à but non lucratif qui collectent avec succès des fonds auprès des particuliers français et aux bonnes pratiques en matière de collecte de fonds auprès des particuliers en France.

Stratégie d’engagement Interviewer les partenaires privés en France (passés et présents) pour faire le point avec les leçons apprises.
Sur la base d’un classement par ordre de priorité des principaux partenaires du secteur privé en France, élaborer une proposition de valeur et une stratégie d’engagement ciblée pour l’UNESCO vis-à-vis des catégories de partenaires couvertes par la présente étude, à savoir les entreprises, les fondations, les particuliers fortunés et les dons individuels, y compris une analyse de la manière dont les atouts existants de l’UNESCO (commissions nationales pour l’UNESCO, réseaux existants, coopération avec les ambassadeurs de bonne volonté et autres personnalités éminentes) pourraient être exploités pour retenir et engager des partenaires potentiels (possibilité de présentation par une ou plusieurs personnalités ou institutions éminentes, au sein du réseau de l’UNESCO, analyse des passions et des valeurs uniques alignées sur celles de l’UNESCO).Elaborer un plan d’action réaliste sur une période de deux ans avec une identification claire des ressources nécessaires à sa mise en oeuvre.
III. EXIGENCES Le travail doit être aligné sur et s’appuyer sur la Stratégie de mobilisation des ressources de l’UNESCO pour 2020-2021, notamment en ce qui concerne la prospection et la diligence raisonnable applicables aux partenaires privés, le Guide de mobilisation des ressources de l’UNESCO et la Stratégie globale pour les partenariats de l’UNESCO.

Le travail sera effectué par le biais d’un processus participatif impliquant les principales parties prenantes, y compris les bureaux extérieurs de l’UNESCO et les commissions nationales de l’UNESCO.
IV. PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIÈRE REQUISE Les candidats intéressés doivent cliquer sur « Apply now » et télécharger et remplir le formulaire d’historique d’emploi (fichier Word). À la fin du fichier Word, insérez des pages supplémentaires contenant les informations requises suivantes :

Une lettre de motivation mettant en évidence vos compétences et expériences pertinentes pour cette missionVotre Curriculum VitaeUne méthodologie proposée pour entreprendre l’étude et tout commentaire sur les termes de référenceVotre proposition financière  V. LIVRABLES

Le spécialiste individuel doit soumettre à l’UNESCO les éléments suivants : La facture n° 1 : Conception et lancement du projet
La facture n° 2 : Cartographie des donateursLa facture n° 3 : Projet de stratégieLa facture n° 4 : Projet final de l’étude dans son ensemble
COMPETENCES (Fondamentales / Managériales) Responsabilité (F)Communication (F)Innovation (F)Partage des connaissances et volonté constante d’amélioration (F)Planification et organisation (F)Culture du résultat (F)Travail en équipe (F)Professionnalisme (C)
Pour plus d’informations, merci de consulter le Référentiel des compétences de l’UNESCO.
QUALIFICATIONS REQUISES
Formation Diplôme universitaire supérieur (master ou équivalent)  en commerce international ou dans un domaine pertinent tel que l’économie et la finance, le marketing et la communication internationale.

Expérience Au moins sept (7) ans d’expérience pertinente  dans l’engagement/la collecte de fonds auprès du secteur privé, de la philanthropie et/ou du développement des affaires ou du conseil en gestion au niveau international.

Expérience pertinente de travail avec l’UNESCO ou d’autres organisations intergouvernementales sur des missions similaires et connaissance des mécanismes de financement de l’ONU.
Compétences et aptitudes Solide connaissance de la collecte de fonds auprès du secteur privé en France et de l’engagement auprès de celui-ci, y compris les entreprises, les fondations, les particuliers fortunés et les dons individuels.

Excellentes compétences en matière de communication écrite et orale.
Capacité à établir et à entretenir des relations professionnelles.
Capacité à établir des priorités et à respecter les délais.
Compétences linguistiques
Parfaite maîtrise du français écrit et oral.
QUALIFICATIONS SOUHAITEES
Expérience Engagement du secteur privé/collecte de fonds pour l’ONU ou d’autres organisations internationales.

Connaissances linguistiques La connaissance d’autres langues de l’ONU serait un atout, en particulier l’anglais

PROCESSUS DE SÉLECTION ET DE RECRUTEMENT Veuillez noter que tous les candidats doivent remplir une demande en ligne et fournir des informations complètes et exactes. Pour postuler, veuillez visiter le site Web de l’UNESCO carrières. Aucune modification ne peut être apportée à la candidature soumise.
L’évaluation des candidats est basée sur les critères de l’avis de vacance de poste et peut inclure des tests et/ou des évaluations, ainsi qu’un entretien basé sur les compétences.
  L’UNESCO utilise des technologies de communication telles que la vidéo ou la téléconférence, la correspondance par e-mail, etc. pour l’évaluation des candidats.
Veuillez noter que seuls les candidats sélectionnés seront contactés et que les candidats à l’étape de sélection finale seront soumis à une vérification des références sur la base des informations fournies.
L’UNESCO applique une politique de tolérance zéro envers toute forme de harcèlement.
L’UNESCO s’est engagée à atteindre et à maintenir la parité des genres parmi les membres de son personnel dans toutes les catégories et à tous les niveaux. En outre, l’UNESCO est résolue à créer une diversité de personnel sur le plan du genre, de la nationalité et de la culture. Les personnes issues de groupes minoritaires, de groupes autochtones et les personnes handicapées, ainsi que les ressortissants d’États membres non représentés ou sous-représentés (veuillez cliquer ici pour la dernière mise à jour) sont également encouragées à postuler. Toutes les candidatures seront traitées avec la plus grande confidentialité. Une mobilité internationale est requise pour les membres du personnel nommés sur des postes internationaux.
L’UNESCO ne prend de frais à aucune étape du recrutement.
POSTULER